Z4 E85 M Roadster UK (2006) - Voiture de série - Fonds d'écran - BMWorld.fr - Le monde des BMW

Thème bmworld

Fond d'écran Z4 E85 M Roadster UK (2006)

Z4 E85 M Roadster UK (2006)
Photos 01 à 09
01 - Z4 E85 M Roadster UK (2006)
02 - Z4 E85 M Roadster UK (2006)
03 - Z4 E85 M Roadster UK (2006)
04 - Z4 E85 M Roadster UK (2006)
05 - Z4 E85 M Roadster UK (2006)
06 - Z4 E85 M Roadster UK (2006)
07 - Z4 E85 M Roadster UK (2006)
08 - Z4 E85 M Roadster UK (2006)
09 - Z4 E85 M Roadster UK (2006)
Photos 01 à 09

Z4 E85 M Roadster (2006)


Comme aucune autre voiture de sport au monde, il incarne le roadster typique : le roadster BMW Z4 enflamme l’univers automobile. Cela tient à son dynamisme sportif envoûtant né de la synthèse de moteurs performants, d’un train de roulement brillant et d’éléments innovants. Et cela tient aussi à son style réussi qui le rend unique et captivant tout en éveillant la convoitise. Quatre ans après sa première mondiale, le roadster BMW Z4 rayonne d’un nouvel éclat et fait tourner de nouveaux moteurs sous son capot.
Le Salon de l’Automobile de Detroit en janvier 2006 verra de plus la première mondiale du seul roadster puriste de hautes performances : avec le roadster BMW Z4 M, la version ultrasportive du roadster Z4 attendue avec impatience par de nombreux clients, entrera en scène pour coiffer la famille des roadsters BMW. Cette voiture perpétue la tradition dans un segment initié par la société BMW M : en lançant le roadster BMW Z3 M, la marque avait en effet mis sur roues, en 1997, le premier roadster de hautes performances de série. Vendu à plus de 15 000 exemplaires jusqu’en 2002, il était le best-seller de sa classe et le leader en termes de dynamisme, d’agilité et de sportivité.

Le roadster Z4 M : des performances inspirant le respect.
Grâce au six cylindres en ligne M, c’est un moteur de hautes performances absolument unique en son genre qui couronne la gamme des moteurs proposés pour le roadster : en 2005, ce moteur s’est vu remettre le «Engine of the Year Award», distinction de renom mondial, pour la cinquième fois consécutive – une série inégalée. Grâce au concept du haut régime et à la démultiplication optimisée de la boîte, il engendre une énorme poussée, quel que soit le régime auquel il tourne. Portrait robot : six cylindres, cylindrée 3 246 cm³, puissance 252 kW (343 ch) à 7 900 tr/mn, couple 365 Newtons-mètres à 4 900 tr/mn, régime maxi. 8 000 tr/mn.
Deux autres chiffres en disent encore plus long sur ses performances : sa puissance au litre de 106 ch et son rapport poids/puissance de 4,1 kilogrammes/ch. Transmis sur la route, ces chiffres se lisent comme suit : le roadster Z4 M abat le zéro à 100 km/h en 5,0 secondes. Pour la reprise de 80 à 120 km/h en quatrième, il se contente également de 5,0 secondes. La vitesse maxi. est bridée par voie électronique à 250 km/h.

Passer les rapports, un plaisir sextuple.
Le concept du moteur tournant à haut régime est optimal pour une voiture de sport, s’il est combiné à une démultiplication totale courte, parce que le couple moteur disponible peut ainsi être converti en une poussée optimale aux roues arrière. L’association entre le différentiel arrière M et la boîte mécanique à six rapports répond remarquablement à cette exigence. Des débattements courts et incisifs, un velouté élevé et un guidage précis du levier de vitesses avec un feed-back sensible lorsque le rapport est bien enclenché, sont typiques de cette boîte.

L’autobloquant M variable pour un punch énorme en virage.
Le roadster Z4 M est doté de l’autobloquant M variable à capteur de régime, connu de la M3. Ce différentiel autobloquant lui confère à la fois une grande stabilité et une traction optimale surtout en sortie de virage. Il aide le conducteur chevronné qui adopte une conduite très sportive ou roule sur des routes présentant un coefficient d’adhérence plutôt élevé à profiter encore mieux des qualités positives de la propulsion. Lorsque les conditions extérieures sont délicates, avec par exemple des coefficients d’adhérence différents entre le milieu et le bord de la route, fréquents surtout en hiver, le système confère une énorme traction au roadster Z4 M.

De nouveaux six cylindres pour le roadster Z4.
Les moteurs à six et à quatre cylindres proposés pour le roadster BMW Z4 n’atteignent, certes, pas les performances du moteur M mais ils ne manquent néanmoins pas de tempérament, bien au contraire. En effet, le nouveau six cylindres de 3,0 litres – mécanique actuellement la plus innovante de sa catégorie – fixe les références en matière de velouté et de dynamisme sur le roadster BMW Z4 3.0si. S’y ajoutent une puissance au litre élevée, un excellent rapport poids/puissance et une consommation spécifique extrêmement basse. Le moteur délivre 195 kW (265 ch) à 6 600 tr/mn, il monte jusqu’à un régime maxi. de 7 000 tr/mn et son couple maxi. de 315 Newtons-mètres est disponible sans faille à 2 750 tr/mn.
Respectant les normes antipollution Euro 4 et ULEV II, le moteur affiche de plus une écocompatibilité exemplaire.
Trait le plus frappant que le client percevra tout de suite par rapport à l’ancien moteur : la réponse sportive, spontanée, associée à une sonorité envoûtante, lorsque le conducteur enfonce l’accélérateur, mais aussi à une onctuosité parfaite lorsqu’il s’adonne au «cruising», à la balade décontractée.
La puissance élevée et le faible poids ne restent pas sans influence sur les performances routières et l’efficacité. Ainsi, le roadster Z4 3.0si passe en 5,7 secondes de 0 à 100 km/h et s’acquitte du 80 à 120 km/h en quatrième en 5,5 secondes. Le Z4 3.0si est lui aussi bridé par voie électronique dès qu’il atteint une vitesse de 250 km/h. La consommation de carburant n’est que de 8,6 litres de super plus aux 100 kilomètres selon le cycle européen.

Tout sauf moyens : les deux six cylindres de 2,5 litres.
Deux moteurs de 2,5 litres de cylindrée viennent s’ajouter à la gamme des six cylindres : fort de 160 kW (218 ch), le roadster BMW Z4 2.5si compte parmi les roadsters les plus puissants de sa catégorie. Son couple maximal de 250 Newtons-mètres est disponible sur une plage de régimes allant de 2 750 à 4 250 tr/mn et lui permet de parcourir le zéro à 100 km/h en 6,5 secondes seulement. La reprise de 80 à 120 km/h en quatrième en un temps identique (6,5 s) témoigne, quant à elle, du punch de cette voiture.
La vitesse maximale s’établit à 240 km/h, la consommation à 8,4 litres de super plus aux 100 kilomètres. Les normes antipollution Euro 4 et ULEV II sont respectées.
Dans une autre version à moteur de 2,5 litres, le roadster Z4 2.5i propose une puissance de 130 kW (177 ch) et un couple maximal de 230 Newtons-mètres. Il se substitue ainsi au roadster BMW Z4 2.2i. Le client profite de la cylindrée augmentée par un surplus de puissance et de couple, ce qui se fait surtout sentir à l’accélération depuis les bas régimes. Portrait robot : 0 à 100 km/h en 7,1 secondes, reprise (80 à 120 km/h en 4e) en 7,0 secondes. La vitesse maximale est de 229 km/h, la consommation de 8,2 litres de super plus aux 100 kilomètres. Les normes antipollution Euro 4 et ULEV II sont également respectées.
Tous les six cylindres en ligne savent enthousiasmer par le meilleur dynamisme de leur catégorie et un excellent velouté et sont en cela typiquement BMW. Ils disposent d’un carter associant l’aluminium au magnésium, d’un carter semelle et d’un couvre-culasse en magnésium, de la distribution entièrement variable du type VALVETRONIC, du calage en continu des arbres à cames du type VANOS double et de quatre soupapes par cylindre.

Le roadster BMW Z4 2.0i : accès aux sensations roadster authentiques.
Le quatre cylindres de 2,0 litres animant le roadster BMW Z4 2.0i vient compléter la gamme des moteurs proposés pour la famille des roadsters.
Débitant 110 kW (150 ch) à 6 200 tr/mn et un couple maximal de 200 Newtons-mètres à 3 600 tr/mn, le quatre cylindres en ligne est, lui aussi, une promesse de dynamisme pur et de plaisir inaltéré au volant du roadster : le zéro à 100 km/h ne prend que 8,2 secondes et est ainsi aussi rapide que le 80 à 120 km/h en quatrième. Souveraine, la vitesse de pointe atteint 220 km/h.
Avec une consommation de 7,5 litres de super plus aux 100 kilomètres, le quatre cylindres se montre très sobre et grâce au respect des normes antipollution Euro 4 et ULEV II, il est de plus écocompatible. Ce moteur peut également se vanter des innovations BMW que sont la VALVETRONIC et le VANOS double. Il fait de plus appel au système d’admission différenciée DISA – une technologie qui permet de faire varier la longueur des tubulures de résonance en fonction de la charge moteur. De concert avec la gestion moteur, cette technique se traduit à l’accélération par une spontanéité que l’on a jusqu’ici attribué aux moteurs à vocation sportive dotés de papillons individuels.

Six rapports pour tous les modèles.
Tous les roadsters BMW Z4 nouveau cru sont dotés d’une boîte à six rapports. Des débattements courts et incisifs, un grand velouté et le guidage précis du levier de vitesses avec des efforts de commande toujours identiques sont typiques de cette boîte. L’étagement dans l’ensemble serré des six rapports ainsi qu’une démultiplication totale importante entre le plus petit et le plus grand rapport permettent au conducteur d’engager dans chaque situation le rapport idéal – rapidement et fiablement, même lorsqu’il avance à un rythme soutenu.

Une première chez BMW : la nouvelle boîte automatique Sport.
La boîte automatique avec palettes de commande au volant est un point fort proposé sur les roadsters Z4 3.0si et 2.5si. Ayant de plus fait l’objet d’un nouveau réglage, elle permet ainsi aux clients de vivre le naturel sportif du roadster Z4 de manière encore plus intense, sans pour autant les obliger à renoncer au confort de la boîte automatique.


Quatre étoiles dans l’essai de collision selon EuroNCAP grâce à une carrosserie ultrarigide.
Conçu dès le début comme un roadster, le BMW Z4 possède une carrosserie qui s’approche de l’idéal aussi sur le plan du poids et de la rigidité : affichant une rigidité torsionnelle statique de 14 500 Nm/degré, celle-ci est en tête de la concurrence.
Outre le dynamisme enthousiasmant en virage, l’excellent résultat du roadster dans les crash-tests selon EuroNCAP traduit directement cette rigidité.
Pour une biplace décapotable, les quatre étoiles sur cinq décrochées par le road-ster sont en effet une distinction qui ne va nullement de soi. Mais ce n’est pas encore tout : lors des essais EuroNCAP 2004, le roadster Z4 a obtenu 15,64 points sur 16 dans l’essai de collision frontale et 16 points sur 16 dans l’essai de collision latérale – soit les meilleurs résultats jamais mesurés sur des mannequins installés dans un roadster. Ce résultat lui a valu le «EuroNCAP Best In Class Award». Le roadster Z4 protège donc ses occupants mieux que tous les véhicules jamais étudiés dans ce segment.
En cas de choc, les contraintes agissant sur les occupants sont même inférieures à celles qu’ils subissent dans la plupart des voitures à toit fermé rigide.

Le train de roulement : as des virages.
Le roadster BMW Z4 offre à son conducteur un train de roulement adapté à la perfection à la conduite sportive qui lui permet de savourer les joies du volant jusqu’aux limites de l’adhérence. Et si ce plaisir frôle les limites dictées par la physique, les systèmes d’assistance lui assurent un maximum de sécurité active. De par le réglage de ses ressorts et amortisseurs, sa cinématique et son élastocinématique, le train de roulement est rigoureusement orienté vers le dynamisme, l’agilité et la maniabilité. Dans la concurrence mondiale, le roadster BMW Z4 est ainsi le roadster sans doute le plus agile et le plus dyna-mique qui soit, indépendamment de la variante. Celui qui souhaite accentuer encore la sportivité peut opter pour un train de roulement surbaissé de 15 millimètres. Les pneus antidéjantage de série ont été développés spécialement pour épouser le naturel sportif du roadster BMW Z4 et se distinguent désormais par un comportement un peu plus souple, sans pour autant porter atteinte à l’agilité de la voiture.

Le roadster Z4 M : le nec plus ultra du plaisir de conduire.
Le train de roulement du roadster Z4 M est une évolution rigoureuse de celui équipant le roadster Z4. Il offre un plaisir de conduire encore plus intense, sans porter en quoi que ce soit atteinte à l’aptitude au quotidien et aux qualités de confort de la voiture.

Le nouveau DSC fixe les références pour les aides à la conduite.
Comme d’habitude chez BMW, les aides à la conduite ne servent d’auxiliaires au train de roulement ni sur le roadster Z4 ni sur le roadster Z4 M, mais contribuent à maîtriser les situations critiques aux limites de l’adhérence. En effet, le train de roulement de ce roadster offre une marge de sécurité extrêmement élevée. Ce qui n’a pourtant pas empêché BMW d’implémenter de nouvelles fonctionnalités au profit du client, comme l’assistant au démarrage en côte,
la fonction freins secs, etc.
Grâce au contrôle dynamique de la traction (DTC), une fonction intégrée au DSC des roadsters BMW Z4, le conducteur peut améliorer la traction et, par là, la progression de son roadster sur des revêtements souffrant d’un coefficient d’adhérence faible, comme par exemple sur la neige, par simple actionnement d’une touche. Il peut, de plus, adapter le comportement routier du BMW Z4 à des exigences dynamiques plus élevées et exploiter ainsi encore mieux le naturel sportif de sa voiture. Ainsi par exemple, le DTC autorise un patinage accru aux roues arrière.

De nombreuses fonctionnalités additionnelles intéressantes.
Le nouveau DSC offre les fonctionnalités additionnelles suivantes : l’assistant au démarrage en côte agit par un bref actionnement automatique des freins, empêchant ainsi la voiture de reculer intempestivement et rendant par là même l’utilisation du frein à main superflue au démarrage en côte. La sécurité est aussi améliorée par la compensation antifading automatique et la fonction de pré-freinage amenant automatiquement les garnitures au plus près des disques de frein. La fonction freins secs enlevant automatiquement la pellicule d’eau des disques de frein lorsque la route est détrempée par la pluie sert à améliorer la réponse des freins de service par mauvais temps.
Le roadster Z4 M intègre, quant à lui, l’autobloquant M variable associé à un DSC adapté en conséquence.

L’Electric Power Steering optimise la direction.
Le roadster Z4 et le roadster Z4 M diffèrent aussi de par leur système de direction : le roadster BMW Z4 est doté de la direction à assistance électromécanique EPS (Electric Power Steering) qui souligne le réglage dynamique et agile du roadster. Elle autorise une très grande souplesse dans les lois de la direction et un compromis optimal entre l’amortissement de la direction et le retour d’information qu’elle fournit tout en garantissant des efforts très faibles au volant à vitesse lente et lors de manœuvres de stationnement. S’y ajoute un excellent recentrage, soit un auto-alignement optimal du volant. La fonction Servotronic fait partie de la dotation standard.

Une direction d’une précision tranchante.
La direction du roadster Z4 M est, quant à elle, à assistance hydraulique. Elle permet des manœuvres d’une précision inégalée et assure un feed-back maximal indépendamment de l’état de conduite. Sa démultiplication totale de 15,4 à 1 autorise des vitesses de braquage élevées et offre donc des avantages en cas de conduite très dynamique.

Des freins de construction légère ultraperformants.
Le système de freinage de 17 pouces équipant le roadster Z4 3.0si est nouveau. Il se distingue par des décélérations extrêmes, une endurance élevée et des qualités longue durée optimales.

Des freins hautes performances du type compound pour stopper la puissance M.
Encore plus performant, le roadster Z4 M bénéficie d’un système décliné directement de la course automobile : les freins hautes performances du type compound à disques flottants, initialement conçus pour la BMW M3 CSL.
Ces freins assurent des décélérations d’un niveau exceptionnel : à partir d’une vitesse de 100 km/h, la distance de freinage n’est que de 34 mètres.

De nouveaux accents stylistiques.
Pour ce qui est du style, le roadster BMW Z4 revu et le nouveau roadster Z4 M font évoluer le langage des formes caractéristique du roadster BMW racé. Le roadster BMW Z4 arbore des retouches discrètes, dont une partie avant modifiée rapprochant optiquement la voiture de la route.
Il affiche de plus de nouveaux antibrouillards et des réflecteurs caractéristiques.
Grâce à de nouveaux optiques arrière avec guide-lumière intégrés et à de nouvelles lignes à orientation plus horizontale, les modifications apportées sur la partie arrière semblent élargir et abaisser la voiture tout en la dynamisant. Faisant appel à des matériaux encore plus haut de gamme et à de nouvelles couleurs, l’intérieur dégage une grande noblesse sans perdre en quoi que ce soit son allure sportive et puriste.

Le roadster Z4 M : visualiser la haute performance.
Indéniablement un roadster Z4, le roadster Z4 M visualise encore plus son caractère d’athlète souverain de haut niveau. Le style reflète directement et authentiquement les exigences techniques et fonctionnelles. Il se différencie du modèle de base par de nombreux détails extérieurs et intérieurs. Le regard se portera tout de suite sur le bouclier avant mettant en relief les lignes et ouvertures en forme de X, sur les prises d’air béantes et les naseaux en retrait ou encore les deux arêtes ultrafines parcourant le capot moteur. Le look branches doubles des jantes en aluminium de 18 pouces est réservé en exclusivité au roadster Z4 M. L’arrière est également traité d’une manière typiquement M et arbore donc quatre embouts d’échappement marquants et un diffuseur horizontal.

L’intérieur : sportif et fonctionnel à la fois.
A l’intérieur, le roadster BMW Z4 M présente une ambiance moderne soulignée par une touche sportive et puriste, ne manquant pourtant pas d’exclusivité. Des formes sobres et des matériaux exquis caractérisent l’habitacle et subliment les sensations procurées par la conduite sportive.
Le compteur de vitesse et le compte-tours adoptent aussi les couleurs typées M : cadrans noirs, chiffres blancs, aiguilles rouges et éclairage permanent blanc.
La présentation originale de la plage des régimes dans le compte-tours est empruntée aux autres automobiles M : le champ de pré-alerte jaune et le champ d’alerte rouge délimitent la plage des régimes autorisée en fonction de la température d’huile momentanée. Plus la température d’huile monte et plus la plage des régimes exploitable s’élargit. Cette solution permet au conduc-teur de respecter de manière intuitive la température d’huile moteur.
Le volant, le pommeau du levier de vitesses et les caches de marchepied sont d’autres détails M spécifiques, tout comme les commandes de la climatisation et des sorties d’air frais, les ouvrants et les poignées de porte, métallisés par du chrome à l’éclat nacré.
Trois teintes de carrosserie M exclusives et cinq teintes de carrosserie roadster BMW Z4 permettent de conférer une touche bien individuelle au roadster Z4 M. A l’intérieur, la personnalisation est favorisée par quatre couleurs, deux selleries cuir de différente ampleur ainsi que trois surfaces décoratives exclusives.

Largement de place pour deux.
Le roadster BMW Z4 et le roadster BMW Z4 M offrent des volumes de rangement généreux pour des biplaces : une boîte à gants, plusieurs vide-poches ainsi qu’un compartiment d’environ 10 litres logé dans la cloison derrière les sièges – voilà des rangements bien étudiés et fort pratiques.
En cas de besoin, le logement variable de la capote pliante peut être replié pour réduire son encombrement. Le volume du coffre, déjà généreux, passe alors de 240 litres (suffisants pour loger deux sacs de golf) à 260 litres – sur le roadster Z4 M, il passe de 200 litres à 220 en raison de la batterie installée dans le coffre.

Une capote pliante dotée d’un mécanisme de pliage spécial.
Les nouveaux roadsters BMW Z4 sont tous dotés d’une capote pliante extrêmement compacte dont la partie antérieure rigide se pose sur la toile comme un couvercle pour être verrouillée à fleur de la carrosserie. Elle est facile à ouvrir et à fermer d’une seule main. La lunette arrière, chauffante, est en verre minéral antirayures. Sur demande, BMW propose bien évidemment aussi une capote pliante à commande électrique entièrement automatique (de série sur le roadster Z4 M) que l’on peut aussi ouvrir et fermer de l’extérieur, au moyen de la télécommande.

Des projecteurs bi-xénon pour une visibilité optimale.
En dotation standard, le roadster Z4 est équipé de phares doubles à iode.
Sur demande – de série sur les roadsters Z4 3.0si et Z4 M –, des phares bi-xénon statiques produisent un faisceau de croisement et un faisceau de route maximal. Les feux de position prennent la forme de deux anneaux guide-lumière. Ce trait caractéristique de la marque BMW distingue donc désormais aussi la famille des roadsters.

Protection grâce aux feux stop bi-intensité.
Tous les roadsters Z4 font appel aux feux stop bi-intensité en dotation standard. Ces feux contribuent de manière efficace à éviter les collisions arrière : en cas de freinage violent ou d’intervention de l’ABS, les surfaces lumineuses des feux stop dans les optiques arrière s’agrandissent.
Les automobilistes qui suivent en déduisent intuitivement que la voiture devant eux freine en catastrophe et réagissent à leur tour par un freinage énergique leur permettant de gagner de précieux mètres.

Programme à gogo : le top en matière d’audio et de navigation.
En plus du système audio de base, deux chaînes HiFi ont été spécialement développées et optimisées pour le Z4. Deux systèmes de navigation veillent à ce que les propriétaires d’un roadster bénéficient, eux aussi, de la position éminente que la marque BMW occupe dans ce domaine.
Ces systèmes peuvent tous être combinés avec presque tous les systèmes de télécommunication actuellement disponibles.