760Li F02 (2009) - Voiture de série - Fonds d'écran - BMWorld.fr - Le monde des BMW

Thème bmworld

Fond d'écran 760Li F02 (2009)

760Li F02 (2009)
Pages: 1 2 Photos 01 à 20 Suivant
01 - 760Li F02 (2009)
02 - 760Li F02 (2009)
03 - 760Li F02 (2009)
04 - 760Li F02 (2009)
05 - 760Li F02 (2009)
06 - 760Li F02 (2009)
07 - 760Li F02 (2009)
08 - 760Li F02 (2009)
09 - 760Li F02 (2009)
10 - 760Li F02 (2009)
11 - 760Li F02 (2009)
12 - 760Li F02 (2009)
13 - 760Li F02 (2009)
14 - 760Li F02 (2009)
15 - 760Li F02 (2009)
16 - 760Li F02 (2009)
17 - 760Li F02 (2009)
18 - 760Li F02 (2009)
19 - 760Li F02 (2009)
20 - 760Li F02 (2009)
Pages: 1 2 Photos 01 à 20 Suivant

760Li F02 (2009)


La force souveraine de douze cylindres pour un agrément de conduite exclusif : La nouvelle BMW 760Li

La nouvelle BMW Série 7 fixe les références de la conduite à bord d’une berline de luxe – désormais, elle redéfinit aussi l’exclusivité et la souveraineté maximales dans cette catégorie automobile. La nouvelle BMW 760i et la nouvelle BMW 760Li reprennent la position de tête dans la gamme des modèles de la marque BMW et elles représentent ainsi en même temps le nec plus ultra de l’agrément de conduite dans leur segment. Symbole et base de cette position de choix : le douze cylindres animant les deux top modèles de la BMW Série 7. Dans l’art de la construction de moteurs modernes, le V12 de conception entièrement nouvelle est un chef-d’œuvre. Il déploie sa puissance magistrale de 400 kW (544 ch) à un régime de 5 250 tr/mn et délivre son couple maximal de 750 Newtons-mètres dès 1 500 tr/mn. Accouplé à une boîte automatique à huit rapports également inédite, le douze cylindres ne fascine pas seulement par son velouté inégalé, mais aussi par sa faculté de convertir des réserves de puissance qui semblent inépuisables en un dynamisme magistral – et ceci à tous moments, spontanément et en les dosant avec précision.

Une fois de plus, le douze cylindres signé BMW symbolise la puissance sublime, le plaisir du voyage et l’exclusivité empreinte de raffinement. La nouvelle BMW 760i et la nouvelle BMW 760Li, qui bénéficie d’un empattement allongé de 14 centimètres ainsi que d’une dotation confort spécifique sur les places arrière, fournissent de nouvelles réponses fascinantes à la question de savoir quelles sont les exigences que peut satisfaire une automobile de la catégorie de luxe, et elles corroborent ainsi la position de leader que BMW revendique dans ce segment. Qu’il s’agisse du moteur de 6,0 litres tout aluminium doté de la technologie BMW TwinPower Turbo, de l’injection directe essence du type High Precision Injection et du calage en continu des arbres à cames double VANOS ou encore de la boîte automatique à huit rapports inaugurée ici par BMW, son ensemble mécanique est placé entièrement sous le signe de la souveraineté maximale.

Grâce à cet ensemble, l’agrément de conduite, mais aussi le comportement dynamique et l’efficacité se hissent à un niveau inédit dans cette catégorie de voitures et de puissance. 4,6) secondes suffisent pour parcourir le zéro à 100 km/h, alors que la consommation moyenne selon le cycle de conduite européen s’élève à 12,9) litres sur la nouvelle BMW 760i tout comme sur la nouvelle BMW 760Li. Le calcul de cette valeur tient par ailleurs déjà compte des dispositions plus sévères stipulées par la norme antipollution Euro 5. La réduction de la consommation est d’environ 4,5 pour cent par rapport aux devancières, alors que les performances routières sont en nette hausse.

La nouvelle BMW Série 7 : base parfaite pour un agrément de conduite maximal

Avec un train de roulement d’une technique sophistiquée, des aides à la conduite innovantes et une dotation confort empreinte de luxe auxquels s’ajoute un style mêlant élégance et sportivité, la BMW Série 7 offre l’environnement parfait pour faire déboucher le niveau de puissance atteint grâce au nouveau douze cylindres sur une expérience de conduite incomparable. La dotation standard des nouvelles BMW 760i et BMW 760Li comprend le Contrôle dynamique de l’amortissement, y compris la touche de commande du Contrôle de la dynamique logée sur la console centrale, la Servotronic, fonction d’assistance à la direction asservie à la vitesse, et l’antiroulis Dynamic Drive. La BMW 760Li se targue de plus d’une suspension pneumatique avec correcteur d’assiette sur l’essieu arrière. Sur demande, les deux modèles peuvent aussi recevoir la Direction active intégrale permettant d’adapter l’angle de braquage des roues arrière en fonction de la vitesse de la voiture. Ce système de direction qui ne couvre pas seulement les roues avant, mais aussi l’essieu arrière se traduit notamment par une nouvelle augmentation du confort de voyage des passagers arrière, par exemple en cas de changement de file à vitesse soutenue.

L’extraordinaire confort de voyage des nouveaux modèles de pointe de la gamme Série 7 est aussi souligné par les sièges confort, le système de navigation Professional, la climatisation automatique à quatre zones, le régulateur de vitesse avec fonction de freinage, le détecteur d’obstacles Park Distance Control et la fonction automatique soft-close de fermeture en douceur des portes, tous de série. Parmi les aides à la conduite proposées en option, citons l’alerte de dérive, l’assistant de trajectoire, le régulateur actif vitesse-distance avec fonction stop & go, le système de vision nocturne BMW Night Vision avec repérage de piétons, l’affichage tête haute, la caméra de recul ainsi que le système Side View d’observation de l’espace routier latéral. Options permettant de compléter les phares bi-xénon de série, l’assistant pleins phares et l’éclairage directionnel adaptatif intégrant la fonction d’éclairage d’angle, le faisceau à portée et répartition variables ainsi que le régulateur adaptatif de la portée du faisceau fixent les repères pour une conduite sûre de nuit.

Design : signes discrets à l’extérieur, exclusivité raffinée à l’intérieur

L’allure des modèles BMW 760i et BMW 760Li profite de l’association harmonieuse d’élégance, de sportivité et de prestance naturelle distinguant le style de la nouvelle BMW Série 7. Grâce à un empattement allongé de 14 centimètres, la version longue offre un accès à bord particulièrement confortable. Présentant une ligne de toit et des montants arrière qui leur sont propres, les deux modèles arborent un profil qui, de par l’impression globale qu’il dégage est aligné sur celui de la berline à empattement normal, bien que la garde au toit à l’arrière soit plus importante. Les deux variantes de carrosserie peuvent se vanter de l’empattement le plus long face à leurs concurrentes respectives.

Les éléments optiques extérieurs signalant la présence d’un V12 sous le capot des modèles BMW 760i et BMW 760Li sont tout aussi discrets que raffinés. Les naseaux – grille de calandre propre à BMW – se parent d’un jonc de chrome particulièrement large aux lignes légèrement concaves ainsi que de lames bombées qui se projettent vigoureusement vers l’avant. En vue de profil, les roues en alliage léger de 19 pouces au look spécifique à chaque modèle ainsi que les monogrammes V12 ornant les ouïes chromées avec répétiteur de clignotant intégré situées entre le panneau latéral et la porte des occupants avant, permettent d’identifier les deux modèles de pointe. À l’arrière, les deux modèles se reconnaissent à une baguette de chrome supplémentaire s’étirant entre les embouts d’échappement doubles au look spécifique. Les embouts d’échappement encastrés à droite et à gauche dans le bouclier arrière sont matérialisés par deux sorties juxtaposées de forme rectangulaire revêtues d’un cache de chrome. Légèrement biseautées, elles sont parfaitement intégrées à leur encadrement.

À bord des BMW 760i et BMW 760Li, l’ambiance luxueuse est enrichie par des éléments de style spécifiques à ces modèles et harmonieusement adaptés les uns aux autres, qui traduisent bien le caractère exclusif des variantes à V12. Des caches de marchepied en acier spécial avec monogramme V12 éclairé, un tableau de bord tendu de cuir nappa et bordé de surpiqûres élégantes, un ciel de toit et des pare-soleil en finition alcantara ainsi que les inserts décoratifs exclusifs en ronce de noyer avec marqueterie créent une différenciation subtile par rapport aux autres modèles de la gamme BMW Série 7.

Le nouveau V12 : la perfection est un principe, l’innovation la force motrice

Le douze cylindres sous le capot d’une berline de luxe comme la BMW Série 7, c’est la garantie d’une expérience de conduite et de voyage unique à plus d’un égard. Aucun autre moteur n’offre une association comparable entre débit de puissance et velouté, aucun autre moteur ne rayonne autant de prestige. Avec le nouveau V12 signé BMW, ces qualités se voient encore rehaussées. Par rapport au moteur précédent, la puissance maximale et le couple maximal sont en nette hausse, la réponse du moteur et le débit linéaire de la puissance se sont vus optimisés, alors que l’acoustique du moteur a encore été affinée. Les progrès obtenus se révèlent d’emblée. Et ils permettent une différenciation par rapport à la BMW 750i, dont le V8 moderne à technologie BMW TwinPower Turbo et injection directe essence atteint déjà le niveau de puissance de douze cylindres conventionnels. Avec le nouveau V12, la position de choix occupée par les modèles qui en sont équipés est aussi maintenue sur la BMW Série 7 de la nouvelle génération. Le conducteur d’une BMW 760i ou d’une BMW 760Li acquiert ainsi la certitude de savourer le maximum de souveraineté réalisable dans la catégorie de grand luxe. À cela s’ajoute que le V12 associe son avance technologique à une efficacité bien adaptée aux contraintes actuelles. Il se distingue par des consommations et des émissions qui sont même inférieures à celles de certains modèles à huit cylindres figurant parmi les concurrentes de la BMW Série 7.

Le douze cylindres jouit traditionnellement d’un statut de choix hors d’atteinte pour les moteurs d’une autre architecture. Il représente tout l’art des motoristes et justifie sa position d’exception par des qualités que seul ce concept d’entraînement permet de réaliser. La position du douze cylindres comme un moteur à la fois particulièrement puissant et particulièrement raffiné s’explique par son principe de construction qui offre des conditions parfaites pour produire – allègrement dirait-on – des performances élevées. Quant au comportement vibratoire, le V12 est – grâce à l’angle d’ouverture de 60 degrés formé par les deux rangées de cylindres – plus proche de l’optimum physique que tout autre moteur. Toutes les caractéristiques de la conception du bloc moteur tout aluminium ont été définies de telle sorte que pour un poids optimal, il puisse atteindre une rigidité maximale. Ainsi par exemple, la mise en œuvre de la conception dite « closed deck » (bloc fermé) associée au vissage de la culasse jusque dans la plaque de base du carter de vilebrequin assure une stabilité maximale des chemises de cylindres. Doublé d’une liaison supplémentaire avec les parois latérales réalisée par des douilles de maintien filetées et des vis, le double vissage des paliers de vilebrequin réduit l’incidence des forces latérales produites par l’embiellage sur le carter de vilebrequin. Des pistons en aluminium revêtus de fer, des bielles matricées du type bielles brisées ainsi qu’un vilebrequin également matricé sont d’autres éléments du bloc contribuant à réduire le niveau vibratoire à un minimum absolu – typique des douze cylindres BMW. La perception acoustique du moteur au ralenti devient ainsi également une expérience tout à fait particulière, car ce n’est qu’en jetant un coup d’œil sur le compte-tours que l’on pourra avoir la certitude que le moteur est déjà lancé.

Le nouveau V12 a une cylindrée de 5 972 centimètres cubes et garde donc le volume de son devancier. Avec 497,7 centimètres cube par cylindre, il atteint exactement les cotes considérées comme idéales par les motoristes. Un alésage de 89 millimètres et une course de 80 millimètres donnent un rapport de 0,9 entre les deux paramètres. Le taux de compression atteint une valeur inhabituellement élevée pour un moteur turbo, soit 10,0 / 1.

Première de la technologie BMW TwinPower Turbo sur le douze cylindres

En outre, le nouveau douze cylindres signé BMW dispose de toute une série de particularités techniques permettant d’exploiter intensément le potentiel inhérent à son principe de conception et à son architecture de base. Ainsi par exemple l’inauguration de la suralimentation par TwinPower Turbo et de -l’injection directe essence du type High Precision Injection sur un douze cylindres. Grâce à cette association ayant déjà fait ses preuves sur les six cylindres et les huit cylindres de BMW, il est possible d’atteindre une réponse aussi immédiate que fine au moindre mouvement de l’accélérateur, une courbe de couple constante et des consommations et émissions d’un niveau exceptionnel pour un moteur de cette catégorie de puissance.

Grâce à l’ouverture de 60 degrés seulement entre les deux rangées de cylindres, les deux turbocompresseurs sur échappement spécialement développés pour le nouveau V12 peuvent être logés de manière peu encombrante sur les côtés extérieurs des deux rangées de cylindres. Chacun d’entre eux alimente six cylindres en air comprimé et se distingue par un rendement particulièrement élevé du compresseur et de la turbine. Leur position crée des conditions idéales pour des conduites courtes et droites et, donc, favorables à l’écoulement des gaz entre la ligne d’échappement et les turbos. L’apport central de l’air de suralimentation dans le collecteur optimise et l’acoustique et l’échange gazeux. Chacun des deux collecteurs d’échappement identiques pour les deux rangées de cylindres présente deux raccordements 3 en 1 adaptés à l’ordre d’allumage du moteur. En association avec les pots catalytiques optimisés quant à la contre-pression, cette conception est à la base de la réponse extraordinairement spontanée et du débit de puissance et de couple souverain du douze cylindres. Son couple maximal porté à 750 Newtons-mètres est atteint dès 1 500 tr/mn et maintenu à un niveau constant jusqu’à 5 000 tr/mn. Le couple maxi. s’est accru de 25 pour cent par rapport au moteur précédent, et il est déjà disponible à un régime inférieur d’environ 2 300 tr/m. La puissance débitée s’accroît également plus vite que sur le devancier, ce qui ressort bien de la caractéristique de puissance dont la courbe est sensiblement plus raide jusqu’à la valeur maximale de 400 kW (544 ch) atteinte à 5 250 tr/mn.

Une solution intelligente pour un surcroît de puissance et de souveraineté

L’inauguration de la technologie BMW TwinPower Turbo permet aussi au douze cylindres d’atteindre des dimensions de puissance et de couple qu’un moteur atmosphérique ne pourrait atteindre que par le biais d’un agrandissement notable de la cylindrée. La suralimentation évite d’une manière efficace et intelligente l’augmentation inévitable des dimensions et du poids du moteur qui en résulterait, y compris l’impact négatif sur la position du centre de gravité, la consommation de carburant et l’agilité du véhicule. De plus, la technologie BMW TwinPower Turbo confère au nouveau V12 sa caractéristique de puissance incomparable qui se distingue surtout par le fait que le débit de puissance déploie déjà tout son effet à un régime à peine supérieur à celui du ralenti pour persister imperturbablement sur une large plage de charge du moteur.

Pour répondre aux exigences fonctionnelles élevées concernant le dosage précis et fin de la puissance, le refroidissement de l’air de suralimentation comprimé est assuré par un système de refroidissement indirect particulièrement raffiné. Les volumes et, donc, les temps de retard s’en trouvant réduits, il favorise la réponse idéale du moteur aux impulsions que le conducteur imprime à l’accélérateur. Une pompe à eau supplémentaire alimente le circuit de refroidissement séparé requis par ce système ; les échangeurs air-eau du circuit sont positionnés directement sur le système d’admission.

Les pots catalytiques du nouveau douze cylindres sont dotés de capteurs de gaz de la toute dernière génération. Étant implantés près du moteur, ils atteignent rapidement leur température de service optimale. La dépollution efficace permet de respecter toutes les normes antipollution importantes à l’échelle internationale. La BMW 760i et la BMW 760Li satisfont la norme antipollution européenne Euro 5 tout autant que la directive ULEV II en vigueur aux États-Unis.

Pour réduire la contre-pression, la ligne d’échappement présente des tuyaux sensiblement droits au niveau du soubassement de la voiture ; la section des tuyaux est aussi grande que possible. Des volets d’échappement intégrés au niveau du silencieux arrière et pilotés par la gestion électronique du moteur sur la base d’une cartographie, permettent de moduler l’acoustique du moteur exactement en fonction de la situation de conduite donnée. Au ralenti, on n’entendra tourner le V12 que dans un environnement absolument silencieux. Même à vitesse constante, les bruits s’échappant du compartiment moteur restent extrêmement discrets. Ce n’est qu’aux régimes supérieurs que le conducteur aura un feed-back acoustique correspondant au débit de puissance. Les accélérations particulièrement impétueuses se font, quant à elles, sur un fond sonore vigoureux typé V12 qui reflète parfaitement tant la cylindrée que l’intensité de la puissance débitée sous le capot et exprime ainsi merveilleusement le caractère dynamique du douze cylindres BMW.

Combustion optimisée et efficacité maximale grâce à l’injection High Precision Injection

Grâce à l’injection du type High Precision Injection, BMW dispose d’une injection directe essence de la deuxième génération contribuant tout autant
à l’optimisation de la combustion qu’à l’exploitation extrêmement efficace de l’énergie contenue dans le carburant. Les injecteurs piézo-électriques implantés en position centrale dans les culasses permettent de doser le carburant injectés dans les chambres de combustion avec une précision élevée. L’injection du type High Precision Injection est mise en œuvre sur tous les moteurs à essence disponibles sur la BMW Série 7 et est toujours associée à la technologie BMW TwinPower Turbo. Désormais, elle assure aussi au nouveau V12 une combustion particulièrement efficace et propre et est ainsi à la base de valeurs de consommation et d’émission inégalées dans cette catégorie de puissance.

Les injecteurs piézo-électriques s’ouvrant vers l’extérieur sont logés entre les soupapes dans la culasse et donc à proximité directe des bougies d’allumage. Ils sont alimentés en carburant par des conduites en acier spécial et injectent celui-ci dans les chambres de combustion sous une pression pouvant atteindre 200 bars, en le pulvérisant finement. La pression dans le système est produite par des pompes à carburant à piston unique attribuées à chaque rangée de cylindres et peut être maintenue fiablement grâce à des conduits courts. Le carburant injecté se répand comme un nuage de forme conique et peut ainsi brûler avec régularité et propreté, ce qui a aussi un effet positif sur les émissions et l’acoustique du moteur. Le refroidissement du mélange obtenu par l’injection directe du carburant permet par ailleurs de réaliser un taux de compression supérieur à celui d’un moteur turbo à injection indirecte dans les tubulures d’admission. Le rendement du moteur en bénéficie : il est plus puissant tout en consommant moins.

La disposition des injecteurs et des bougies d’allumage ainsi que la combustion régie par l’injection High Precision Injection ont aussi une influence déterminante sur la conception et la structure des culasses. Les phases de combustion courtes à rendement optimisé sont très contraignantes en termes de pression et de températures et requièrent ainsi des culasses d’une géométrie optimisée et un circuit d’eau de refroidissement efficace. Les pièces brutes des culasses en aluminium coulé par gravité sont particulièrement rigides. Les couvre-culasse sont en aluminium et dotés de joints profilés en caoutchouc.

Gain d’efficacité grâce au double VANOS et à la pompe à huile à débit piloté

Trait typique de BMW, le calage en continu des arbres à cames est aussi assuré sur le nouveau douze cylindres par le système double VANOS. Il permet un fonctionnement très sobre en charge partielle, caractérisé par un taux élevé de gaz résiduels et des pertes d’étranglement réduites. De plus, le système double VANOS favorise la réponse spontanée du moteur. Les arbres à cames assemblés selon un procédé thermique comportent des cames en acier forgé. Des cames triples supplémentaires côté admission servent à entraîner les pompes à carburant haute pression. Les soupapes d’échappement sont remplies de sodium pour optimiser leur refroidissement et disposent de tiges chromées.

L’alimentation en huile du nouveau douze cylindres a également fait l’objet d’une optimisation. Ainsi, la pompe à huile à débit piloté est asservie aux besoins et, donc, particulièrement efficace. La pompe à tiroirs oscillants à six cellules ne refoule que la quantité d’huile requise par le moteur à un moment donné. Le carter d’huile en aluminium coulé sous pression intègre un capteur de niveau d’huile. Il remplace la jauge d’huile manuelle et via un indicateur sur le combiné d’instruments, il permet au conducteur de s’informer aussi sur le niveau d’huile pendant le trajet.

Les nouveaux modèles douze cylindres de la BMW Série 7 bénéficient, eux aussi, de nombreuses mesures réduisant la consommation et les émissions basées sur la stratégie de développement BMW EfficientDynamics. C’est ainsi que grâce, entre autres, à la récupération de l’énergie libérée au freinage, aux pompes à eau électriques asservies aux besoins et à la pompe à huile à débit piloté, eux aussi présentent un rapport encore optimisé entre performances routières et consommation de carburant. En effet, la consommation moyenne mesurée selon le cycle de conduite européen a baissé de 4,6) litre pour tomber à 12,9) litres aux 100 kilomètres (valeur provisoire) pour une augmentation de la puissance moteur et du couple maximal de respectivement 22 et 25 pour cent par rapport aux devancières. Quant aux émissions de CO2, la BMW 760i rejettent 299) grammes par kilomètre.

Le système de refroidissement du nouveau douze cylindres de distingue par l’intégration systématique des canalisations de refroidissement dans le carter de vilebrequin. Des sections optimisées et une structure de surface visant un échange thermique maximal se traduisent par une réduction considérable de la phase de mise en température par rapport au moteur précédent. La disposition de l’arrivée du liquide de refroidissement à proximité directe de la conduite d’arrivée principale de l’alimentation en huile entraîne un couplage thermique des deux fluides, ce qui fait que l’huile moteur atteint et maintient plus facilement sa température idéale. Le liquide de refroidissement est amené aux deux rangées de cylindres par des flux séparées. Il s’écoule en diagonale depuis la partie arrière extérieure à la partie avant intérieure. La disposition des sorties contribue, quant à elle, à une répartition régulière de la température sur une large plage de régimes.

L’expertise BMW dans la construction de moteurs douze cylindres : la puissance souveraine a une longue tradition

C’est déjà pour la quatrième fois qu’un douze cylindres est le fleuron de la gamme des moteurs proposés pour la BMW Série 7. Et chaque nouvelle génération a conforté un peu plus la position de BMW en tant que premier constructeur de berlines de grand luxe. Une BMW Série 7 animée par un douze cylindres incarne l’exclusivité, la souveraineté et aussi la force d’innovation. La motorisation de pointe répond aux plus hautes ambitions, parce qu’elle doit satisfaire à des exigences maximales dès son développement.

L’extraordinaire expertise de BMW dans le développement et la production de douze cylindres repose sur une longue tradition. Elle remonte à l’année 1925, lorsque l’entreprise a pour la première fois attiré l’attention avec un moteur d’avion de ce type. À l’époque, un V12 BMW a délivré une puissance de pointe de 750 ch, cinq ans plus tard, deux douze cylindres BMW ont propulsé l’hydravion Dornier Wal lors de sa traversée record de l’Atlantique.

Lors de la deuxième moitié du 20e siècle, BMW a aussi fait œuvre de pionnier dans le domaine des douze cylindres dans l’automobile. La BMW 750i présentée en 1987 a été la première berline à douze cylindres de construction allemande de l’après-guerre. Dans les années qui ont suivi, de nombreux succès en course ont contribué à la renommée extraordinaire des douze cylindres de la marque. La BMW LMR à V12 a dominé dès sa première course en 1999 aux 12 Heures de Sebring et la même année, elle a décroché la victoire au classement général des 24 Heures du Mans.

Première mondiale : une boîte automatique à huit rapports pour les nouvelles BMW 760i et BMW 760Li

Sur la nouvelle BMW 760i et la nouvelle BMW 760Li, les qualités uniques du nouveau V12 à technologie BMW TwinPower Turbo et injection du type High Precision Injection se doublent d’un concept tout aussi innovant pour la transmission. En effet, c’est sur les deux modèles au sommet de la gamme Série 7 que la boîte automatique à huit rapports de conception entièrement nouvelle fête sa première mondiale sur une BMW de série. La boîte automatique à huit rapports est adaptée de manière idéale à la caractéristique de puissance du douze cylindres. Elle associe confort de commande, sportivité et efficacité d’un niveau inédit à ce jour.

La nouvelle boîte automatique à huit rapports se distingue par une conception innovante des trains de pignons qui permet de réaliser des rapports supplémentaires et une ouverture plus large par rapport à la boîte automatique à six rapports mise en œuvre jusqu’ici, sans impacts négatifs sur les dimensions, le poids et le rendement interne du système. Ses huit rapports avant et la marche arrière sont réalisés à l’aide de quatre trains de pignons simples et cinq éléments de commande. La nouvelle disposition de ces composants, inaugurée en première mondiale sur une boîte automatique à huit rapports, assure l’ouverture de deux embrayages seulement sur chaque rapport. Les pertes par frottement s’en trouvent minimisées de manière unique dans toutes les situations de conduite. Outre l’ouverture plus grande et le rendement élevé, c’est là un autre facteur déterminant pour l’excellente efficacité de la nouvelle boîte de vitesses. C’est ainsi que le concept intelligent sur lequel repose la nouvelle boîte automatique à huit rapports s’inscrit idéalement dans la stratégie de développement BMW EfficientDynamics.

Le lancement commercial de la première boîte automatique à huit rapports sur la BMW 760i et la BMW 760Li est le début d’un changement de génération dans le domaine des systèmes de transmission. Les boîtes automatiques à six rapports que BMW propose aujourd’hui sur toutes les séries de modèles fixent des repères en matière de confort de commande, de réactivité, de vitesse de passage des rapports et de rendement, mais aussi de par leur compacité et par le fait qu’elles conviennent à des voitures de différents segments automobiles et catégories de puissance. La condition première lors du développement d’une nouvelle génération de boîtes a donc été de conserver les caractéristiques structurelles de la boîte automatique à six rapports et d’ouvrir de nouveaux potentiels en matière de confort, de performances routières et d’efficacité.

Trains de pignons à l’architecture optimale, fruit d’un processus de recherche avancée

Afin d’obtenir des progrès déterminants par rapport aux boîtes automatiques à six rapports éprouvées, un processus de recherche a été lancé. Il devait jeter les bases du développement concret d’une nouvelle boîte. Ce processus est parti de la réflexion suivante : les gains d’efficacité visés ne peuvent être réalisés qu’avec un système de boîte offrant un nombre plus grand de rapports et une ouverture plus grande que la boîte automatique à six rapports existante. En même temps, les spécialistes ont tenu à limiter autant que possible le nombre de composants supplémentaires pour optimiser le rendement interne du système.

Outre BMW et les spécialistes parmi ses partenaires de développement, des chercheurs appartenant à plusieurs universités ont participé à la recherche d’un concept optimal apte à répondre aux exigences citées. En commun, ils ont développé des méthodes d’analyse permettant d’évaluer les pour et les contre de toutes les variantes théoriquement concevables d’un système à engrenages épicycloïdaux. Dans un premier temps, le nombre des rapports est resté tout aussi ouvert que l’architecture du nouveau système de boîte. Les objectifs majeurs étaient un rendement et une efficacité aussi élevés que possibles ainsi qu’une structure compacte et un poids réduit.

Lors d’études menées en commun, les ingénieurs et les chercheurs ont fini par dégager la solution sur laquelle le rendement interne et l’efficacité totale présentaient le rapport le plus favorable : la nouvelle boîte automatique à huit rapports. Cette boîte comporte donc deux rapports supplémentaires et une ouverture portée de six à sept, le nombre des trains de pignons n’ayant augmenté que d’un seul, soit un total de quatre, alors que le nombre des embrayages est resté inchangé.

Deux rapports supplémentaires pour un triple progrès : dynamique de commande amplifiée, confort optimisé, efficacité accrue

L’augmentation de l’ouverture de la boîte permet d’avancer à des régimes moteur sensiblement réduits surtout sur le dernier rapport. Sur la BMW 760i et la BMW 760Li, cet avantage ne bénéficie pas seulement à la sobriété à vitesse soutenue, mais aussi au velouté du douze cylindres. Malgré l’ouverture plus grande, les sauts de régime au passage des rapports sont inférieurs, parce que le nombre des rapports est passé à huit. Ceci favorise le caractère sportif de la boîte et, par là, l’orientation dynamique typiquement BMW de la voiture. Lors de l’accélération, l’étagement harmonieux des rapports veille à un gain de vitesse constant – un trait rimant idéalement avec le débit de puissance linéaire du nouveau V12 et soulignant donc la souveraineté magistrale de la BMW 760i et de la BMW 760Li.

Les différences de démultiplication étant réduites, les passages de rapports se font tout en douceur sur la berline de luxe. Chaque passage de rapport ne s’accompagne que d’un petit saut de régime. Les temps de réaction et de passage des rapports encore réduits en comparaison avec la boîte automatique à six rapports bénéficient tant au confort qu’au comportement dynamique. Pour monter ou descendre d’un ou de deux rapports, il ne faut à chaque fois ouvrir qu’un seul embrayage. L’accès direct au rapport cible permet aussi de passer plus de deux rapports à la fois avec des temps de réaction et de passage ultracourts. Le rétrogradage du huitième au deuxième rapport, important pour des accélérations très spontanées, est également direct et ne demande que l’ouverture d’un seul embrayage. Cette configuration est particulièrement bénéfique à une conduite souveraine de la BMW 760i et de la BMW 760Li. Les rapports supérieurs qui favorisent surtout l’efficacité et le velouté peuvent être utilisés souvent, mais en cas de besoin, la voiture déploie spontanément tout son dynamisme.

Flexible, dans l’air du temps et tournée vers l’avenir

Le nombre des composants n’étant que peu supérieur à celui de la boîte automatique à six rapports, la boîte automatique à huit rapports se vante, elle aussi, d’un rendement interne particulièrement favorable. Le rendement dit d’engrènement est supérieur à 98 pour cent, indépendamment du rapport enclenché. Le sixième est un rapport direct et n’entraîne donc aucune perte par frottement. Le poids réduit du nouveau système, presque identique à celui de la boîte automatique à six rapports, contribue également à l’efficacité de la voiture dans son ensemble. Le surpoids dû à l’intégration d’un train de pignons supplémentaire a pu être compensé ailleurs. Dans l’ensemble, le glissement minimal du convertisseur, le rendement interne élevé, les faibles pertes par frottement puisque le nombre des embrayages en position ouverte est limité à deux, la démultiplication plus longue des rapports supérieurs et la gestion de boîte qui privilégie la conduite dans la plage des bas régimes se traduisent par un gain de consommation d’environ 6 pour cent par rapport à la boîte automatique à six rapports.

La nouvelle boîte automatique à huit rapports n’est pas seulement la solution optimale qu’il est actuellement possible de réaliser, mais aussi une solution tournée vers l’avenir pour la transmission sur les automobiles de grand prestige. Elle peut être accouplée à des moteurs de différentes architectures et de différentes puissances, et mise en œuvre sur des propulsions comme sur des modèles à transmission intégrale. L’association de la boîte automatique à huit rapports avec un concept hybride est une autre option. C’est pourquoi elle fait partie intégrante de la technologie BMW ActiveHybrid qui combine un huit cylindres à essence avec un moteur électrique. Ce concept d’entraînement innovant sera prêt à la mise en série dès le courant de l’année 2009 sur le premier modèle hybride de la BMW Série 7.

Un nouveau repère pour la souveraineté : la nouvelle BMW Série 7 à douze cylindres et boîte automatique à huit rapports

Douze cylindres et huit rapports – voilà l’alliance qui redéfinit souveraineté et exclusivité au superlatif dans la catégorie de luxe. La technique de l’ensemble mécanique présentée sur la nouvelle BMW 760i et la nouvelle BMW 760Li fournit une preuve impressionnante des multiples facettes que possède la force d’innovation de la marque. La caractéristique de puissance unique du nouveau V12 et le concept moderne de la nouvelle boîte automatique à huit rapports constituent la base d’une expérience de conduite particulièrement fascinante et unique. La puissance souveraine est convertie en dynamisme avec un raffinement particulier. Affichant un velouté sublime et mobilisant allègrement sa réserve de puissance, le douze cylindres invite à des voyages dans le confort et si besoin est, il fait briller son tempérament sportif, un autre trait distinctif sur lequel on ne saurait se tromper. La boîte automatique à huit rapports souligne à merveille et la souveraineté du moteur et son dynamisme. Par ailleurs, les deux modèles au sommet de la gamme BMW Série 7 doivent leur extraordinaire efficacité non seulement au V12, mais aussi à leur boîte de vitesses. Les innovations développées dans le cadre de la stratégie BMW EfficientDynamics permettent, quant à elles, qu’une berline de luxe parcourt le zéro à 100 km/h en 4,6) secondes tout en se contentant d’une consommation moyenne de 12,9) litres aux 100 kilomètres selon le cycle européen.

La position d’exception qu’occupent les nouvelles BMW 760i et BMW 760Li est aussi soulignée par le train de roulement développé pour la berline de luxe, par les aides à la conduite innovantes dont certaines sont l’apanage de BMW et par la dotation confort de série bien nantie. Plus que jamais, les deux modèles répondent ainsi aux exigences d’automobilistes pour lesquels la mobilité individuelle au plus haut niveau fait partie d’un style de vie visant la perfection.